ASS-KaW International
Justice - Courage - Travail
Pour adhérer au mouvement
cliquer sur Adhésion
jeudi 15 novembre 2018
Flash Infos : 
ASS-KaW International - Action des Soutiens et de Solidarité à Karim WADE - vous souhaite la Bienvenue - Ensemble, refusons la manipulation de nos institutions et l'instrumentalisation de la Justice sénégalaise par Monsieur Macky SALL, Président de la République du Sénégal - Vous pouvez dès à présent adhérer au Mouvement ASS-KaW et créer votre espace Membre - Nous sommes joignables au 00-336-51-70-23-12 ou 00-337-53-47-49-48 sur Skype : ASSKAW2 et sur Facebook : ASS-KaW.com International Tout ASS-KaW vous souhaite la BIENVENUE !
.images/Entete/Echangeur de la Foire[1].JPG?refresh=1542257706
M. Karim WADE Président en 2017

1. Si Karim Wade est responsable de ce qu’on lui reproche ça veut dire qu’il est le deuxième pourvoyeur d’emplois dans ce pays après l’Etat du Sénégal. DP World et AHS font à elles seules plus d’un millier d’emplois directs et indirects créant de la richesse dans le pays et faisant vivre des milliers et des milliers de Sénégalais. Car « il aurait investi dans le pays ce qu’il aurait pris ».
Une telle personne qui ait pu réunir toute cette richesse au vu et au su de toute l’administration et les structures de contrôle de l’Etat on doit le protéger pour bénéficier de son expertise et de son savoir faire. Ce qui donne raison à son père qui disait que « mon fils est le plus intelligent de tous ».
Si Moustapha Niasse qui dit qu’il gagne 5 milliards par an, Maky Sall milliardaire d’après sa déclaration de patrimoine, Ousmane Tanor Dieng, Idrissa Seck, Aminata Tall, Aminata Mbengue Ndiaye, Khalifa Sall … la liste n’est pas exhaustive et tous ces fonctionnaires et anciens fonctionnaires, ministres et anciens ministres que Abdou Diouf ancien Président disait « je sais que vous avez des milliards à l’étranger ramenez les » avaient fait comme Karim Wade en investissant ce qu’il aurait pris dans le pays, le Sénégal serait un pays développé aujourd’hui.
 2. La deuxième raison c’est que jusqu’à présent on ne nous a pas encore montré les preuves des raisons de la détention préventive de Karim Wade actuellement. Car tout ce qu’on lui reproche ce sont des sociétés qu’on lui attribue dont il réfute la propriété. Si on nous disait que Karim Wade possède des immeubles, des châteaux, des hôtels des maisons et des comptes bancaires bourrés de milliards dans des capitales européennes ou Américaines on aurait pu comprendre, mais rien de tout cela n’existe. En plus la procédure utilisée par la CREI (Cour de Répression de l’Enrichissement illicite) qui est anticonstitutionnelle, qui n’existe dans aucun pays au monde et qui est contestée par toutes les personnes soucieuses du respect des droits de l’homme car violant la présomption d’innocence en inversant la charge de la preuve, ne me parait pas transparente vu la célérité avec laquelle le Procureur très spécial a épluché les 3000 pages de réponses des avocats de Karim Wade et son arrestation très rapide.
 Tout ceci laisse penser de façon certaine de la politique politicienne dans cette affaire visant à abattre un potentiel adversaire en 2017. En outre la CREI n’est pas compétente pour juger Karim Wade d’après l’article 101 de la constitution. Le substitut du Procureur spécial nous invoque le délit instantané alors qu’à cet instant il n’y a pas de délit. Tout ceci n’est que subterfuge qui prouve encore une fois que ce dossier est entièrement politique. Au total cette CREI est à mon avis un organe de vengeance politique pernicieux qui peut être utilisé par tout pouvoir contre ses prédécesseurs. Et si on y prend garde le Sénégal peut se trouver dans un cycle de vengeance continu qui peut compromettre la stabilité du pays. C’est pourquoi il faut la supprimer, libérer Karim Wade et le faire poursuivre par la Haute Cour de justice seule organe habilité à le juger s’il a commis des infractions dans l’exercice de ses fonctions en tant que Ministre. La force d’un Président se mesure à l’aune de ses capacités à résoudre les problèmes de son peuple de respecter ses engagements, de respecter la constitution et de la faire respecter.
Dernières actualités
ASS-KaW © 2013 - 2018. Réalisé par B2G-CONSULT